• Praia de Redonda

    Redonda 7 jours

    du 26/11 au 04/12/14 

     

    Redonda est le nom d'un petit village de pécheurs. le nom Redonda vient soit de la forme de la plage soit de la forme d'une dune énorme qui se trouve à un bout. On a pas réussi à avoir une réponse précise.

    Avant de nous rendre à Redonda il faut passer par Aracati une petite ville sans intérêt d’où partent les divers transports pour les sites balnéaire alentours. La route qui va de Fortaleza à la gare routière d'Aracati est une voie express de bonne qualité ce qui permet à notre minibus d'arriver en 3h00.

    Arrivée à Aracati vers 15h30 sous 36° on apprend que le microbus pour Redonda est parti, le prochain c'est pour le lendemain 9h 30 depuis cette gare routière . On se met alors en quête d'une chambre pour passer la nuit.

    Le lendemain matin nouvelle déconvenue le microbus pour Redonda ne part pas de la gare mais de l'autre bout de la ville vers l'église, cela nous apprendra à ne pas vérifier les infos au moins trois fois. C'est parti pour une lourde visite forcée de la ville.

    Enfin on réussi à prendre le tout petit bus pour la plage tant désirée. Il faut savoir que depuis Kourou on a pas encore eu l'occasion de prendre un bain d'eau salée. Les routes pour parcourir les 50 kms sont d'interminables lignes droites sans relief. Le paysage est composé de culture de Cajou, de grands palmiers et des puits de pétrole . Le palmier est important ici, pas pour le cœur, mais pour le bois et les feuilles, ce qui ne sert pas pour les construction fournit un bon combustible qui sert par exemple pour la poterie. Le pétrole lui ,fournit beaucoup de travail aux habitat de la région et la compagnie pétrolière nationale participe activement à la protection de la nature.

    Redonda est en vue le bleu vert de l’océan est très beau presque irréel. Nous demandons au motorista de nous déposer devant la « pousada do pescador » chez qui on a réservé 4 nuits.

    Ici les bus déposent les clients devant la porte de leur maison , en fait il n'y a pas vraiment d’arrêts officiels.

    Après avoir pris possession de la chambre, visite du village. La route principale en terre sépare l'eau des habitations mais dans quelques années il n'y aura plus de route malgré les efforts de certains locaux qui tentent de dresser des obstacles. A part quelques restaurants et quelque épicerie pas grand chose à voir si ce n'est la plage de sable gris avec paillettes dorées ( original).

    Le calme règne ici en maître, tout semble bercé par le rythme des vagues des marées et le départ des pécheurs tôt le matin. Cela nous plaît bien alors on prolonge le séjour de trois jours.

    Petit problème il n'y pas de distributeur ici et la ville la plus proche est à 15 km. Le gérant de la pousada ayant eu vent de ce problème se propose de nous emmener à Icapui en échange on lui paye le carburant. Nous voila parti pour retirer des reals et faire quelques courses mais surprise,notre chauffeur nous offre un véritable parcours touristique au retour.

    On visite tout d'abord un centre de préservation de la mangrove et la mangrove ( financé par la compagnie pétrolière). Si rien n'avait été entrepris , les gens auraient continué à couper le bois pour l’artisanat ou pour en faire du combustible et l'eau aurait envahi les terres .

    Nous avons ensuite visité une association qui fabrique des produits cosmétiques et de la gélatine à base d'algues marines .

    Pour finir on est allé voir des marais salants le sel sert pour être consommé, exporté mais est également utilisé comme revêtement sur les pistes sablonneuses, il devient dure comme de la pierre et ne se dissout pas avec les pluies

    Ce fut une bonne matinée, seul regret pas d'appareil photo, on n’emmène pas l'appareil pour faire les courses.

    Sur le chemin du retour on apprend que le village de Redonda est en conflit avec un village voisin au sujet de la méthode de pèche des langoustes. Les pécheurs de Redonda utilisent des pièges à langoustes qui sélectionne naturellement les grosses langouste et laissent partir les petites. Cette pêche n'est ni dangereuse pour l’espèce, si la trêve de 6 mois est respectée, ni pour le pécheur. De plus toutes les embarcations sont à voile à Redonda.

    En revanche les pécheurs du village voisin pèchent la langouste en plongeant équipés d'un système rudimentaires de respiration sous l'eau. Ils se servent du moteur de leur bateau pour envoyer l'air au pécheur , l'air étant mélangée au gaz échappement des accidents ont été constatés. L’éloignement des villages avec les hôpitaux augmente le risque encouru .Ce genre de pêche n'incite pas à respecter la trêve car il est facile de plonger discrètement n'importe où et ne pas tenir compte de la la taille du crustacés. Donc il y a eu des bagarres entre pécheurs à ce sujet , maintenant le malaise existe encore mais c'est plus calme.

    En ce qui nous concerne les langoustes que l'on a dévoré in extremis ( 2 jours avant la fermeture de la pêche) était de bonne taille on préfère donc la méthode de pêche redondaise.

    Ce matin à 6h30 ( ce pays est incroyable il fait déjà chaud!) nous partons avec le mari de la gérante faire un ballade en janga ( barque plate que l'on pousse avec un bâton) nous allons voir une petite barrière de récif pas très loin de la plage. Hélas on ne verra que quelques poissons tropicaux.

    Son mari reconnaît que la pêche en mer avec cette petite barque est dangereuse, d'autant plus que les pécheurs partent à trois pour plusieurs jours dans cette coquille de noix. La semaine dernière une embarcation s'est retournée sous la force du vent, les trois marins ont nagé durant trois jours accrochés à des débris. Ils sont encore aujourd'hui à l’hôpital complètement déshydratés. La chance leur a s ourit car un bateau les a repéré au large de Redonda .Ce n'est pas le cas tout le temps, il y 3 ans 7 d'entre eux ne sont jamais revenus.

    Certains de ces pêcheurs ( surtout leurs épouses ) préféreraient promener  des touristes pour gagner leur vie.Mais ici le tourisme n'est pas développé partout soit par choix soit par par méconnaissance du potentiel de ces régions.

    La semaine s'est écoulée très vite on quitte nos petits déjeuner géants, la tranquillité du village et la gentillesse des habitants. Il est temps de mettre les voiles pour Aracati, prendre un bus de nuit pour passer quelques jours à Joao Pessoa, un bref retour en ville.

    arrivée à Redonda

    on se gare comme on peut

    LA rue principale qui bientôt sera mangée par les vagues

    une averse tropicale bienfaisante

    la spécialité du coin

    la maison du gardien des langoustes

    les gondoles  de Redonda

    petite île de recif à marée basse

    repos des pécheurs

    pub gratuite pour la pousada

    coucher de soleil à 17h45 c'est bien pratique

     

     

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :