•  

    Alter du Chao 4 jours

     

    24 /10/14

     

    Nous sommes retournés à Santarem pour prendre un bus pour Alter do Chao, l'endroit le plus touristique de la région. C'est une petite ville d'environ 8000 habs dont le seul intérêt est le bord du fleuve. L’arrêt de bus fut compliqué à trouver mais maintenant nous savons que pour avoir une info il faut poser la que stion à trois personnes différentes puis trier les réponses.                       Nous arrivons à Alter do Chao en début d’après midi et commençons à chercher l'auberge de la floresta qui serait pas mal d'après les guides. Effectivement l'auberge porte bien son nom elle est construite dans un petit carré de forêt, c'est très jolie et bien fait. Durant le séjour on aura la visite de quelques macaques et d'un iguane. Après avoir visité les lieux on s'installe dans le petit carbet qui se révélera trop petit quand il est complet.

    On découvre qu'un petit chemin nous emmène directement sur une plage à environ 200 mètres. Cette plage n'est pas très fréquentée car éloignée du centre du village et de la plage principale. L'eau est vraiment bonne , en fait sa température n'a jamais changé depuis Kourou .L’auberge est équipée d'une cuisine collective, une bonne nouvelle on va pouvoir varier un peu le quotidien alimentaire. Ce sera fait dès le lendemain en achetant deux poissons à un pêcheur et de la gomme de tapioca pour faire des « crêpes ».

    L'endroit est effectivement très beau , c'est un ensemble d’îles le long du fleuve Tapajos , à certains endroits des langues de sable émergent lors de la saison sèche ( c'est le cas actuellement ).

    La plage principale est très animée avec musique , bar les pieds dans l'eau , jet ski etc .Du coup on l'a évité c’était trop bruyant. De nombreux racoleurs plus ou moins guides , certains en ont fait les frais, proposent des tours en pirogue pour aller voir les dauphins roses ou aller en forêt.

    Ce lieux est très fréquenté par des rasta et des hippies récents ou antiques qui vivent soit en marge soit en faisant un peu de commerce ou les deux.

    Un des magasins de souvenirs vaut le déplacement c'est plutôt un mini-musée d'objets confectionnés par des tribus indigènes .Tout est parfaitement classé par tribu et type d'objet cela va des vêtements aux armes en passant par les bijoux et instruments de musique etc ... On y a trouvé des fabrications de Jamaraqua. Dommage photos interdites à l’intérieur.

    Nous avons fait des rencontres sympathiques dans cet hébergement dont plusieurs voyageurs français mais aussi des brésiliens très sympa de Belem, Rio et Manaus.

    Le propriétaire des lieux est aussi prof de capoeira angolaise, c'est de la musique faite avec des berimbau. On a pu assister aux répétitions avec son groupe. Cela méritera qu'on s'y intéresse après notre retour.

    En tous cas on aura bien bronzé et lézardé pendant ces 4 jours et sans coup de soleil s'il vous plaît.

    Mais il est temps de reprendre la route avec nos sacs qui semblent de plus en plus lourds. Il devenait urgent de partir,  car notre argent liquide était presque épuisé, les distributeurs étaient soit en panne soit ils ne reconnaissaient pas nos cartes.

    Le 28/10/14 on quitte donc Alter de Chao pour sauter dans un bateau à Santarem direction de nouveau Santana. On a l'impression de repartir au point de départ mais nous avons eu des infos concernant le train qui va à Serra de Navio et dont on arrivait pas avoir de nouvelles.

    un bout de plage

    un autre bout de plage

    auberge de la floresta , l'entrée

    le petit carbet

    pas loin du carbet

    noix de cajou dans son fruit

    un visiteur du soir

     

     


    1 commentaire
  •  

    SERRA DE NAVIO

     

    31/10/14

     

    Le bateau arrive le jeudi à Santana à minuit , petit problème c'est une ville pas très sûre la nuit . On connaît un hôtel pas très loin mais s'il est complet on est mal. L’équipage nous autorise à rester avec quelques autres passagers à l’intérieur jusqu'au matin . Alors on réinstalle les hamacs et on dort pendant que l’équipage décharge le fret.

    Au petit matin on prend le café da manha sur le port puis direction le l’hôtel Rio Verde pour un squatte bien mérité.

    Dans la journée on part à la recherche de la gare ferroviaire. On la trouve assez facilement ,elle se situe à environ 30 minutes de l’hôtel. D'après un panneau sur le quai le train part le lendemain à 10h00.

    Ce train emmenait les travailleurs à Serra de Navio ou des entreprises étrangères exploitaient du minerai . La ville de Serra de Navio s'est développée autour de cette activité. La grosse partie de l'exploitation a été arrêtée mais le train est encore utilisé pour surtout transporter des marchandises et aussi des passagers. En effet le tarif pour un aller est de 1.80 euros pour faire 193km ce qui est plus qu’intéressant pour les bas revenu d'ici. Nous on fait ça en touriste dans un des dernier train de voyageur en activité au Brésil.

    Vendredi 10h00 le train démarre très lentement on quitte Santana en passant tout près d'habitations très précaires en bois au milieu de zones inondables. On voit aussi des potagers magnifiques cultivés en hauteur.

    A mesure qu'on avance le train balance de plus en plus de coté malgré une vitesse d'environ 20kms heure. Nous apprendrons plus tard que la voie n'est plus vraiment entretenue régulièrement et que pour pouvoir négocier au mieux les virages la vitesse a été ralentie au maximum. Pour faire ce trajet il fallait il y a quelques années 4 heures, contre une dizaine aujourd'hui. On l'ignorait et le voyage fut plus que long en pleine chaleur au ralenti et avec un tangage rappelant notre Homère au beau milieu de l'atlantique.

    9h30 de rail ont été nécessaire pour arriver à Serra de Navio. Durant le trajet nous avons traversé la forêt , passé des ponts , vu de magnifiques lacs et rivières et grimpé de petit relief. Le train s'est aussi arrêté dans de petites gares improbables au milieu de nulle part. Mais ce qui est aussi visible comme partout ailleurs c'est l’omniprésence du plastique , bouteilles, sacs etc.. et les traces de la déforestation.

    Ici et là des monticules d'arbres et arbustes bien alignés à perte de vue qui attendent le feux pour disparaître. Ces arbres on été abattus puis avec le reste de la végétation on été déblayés à l'aide de bulldozers. Ces rangées de bois seront brûlées après séchage. Déforester un bout de foret prend du temps et c'est très méthodique. Avec la végétation disparaît toujours la faune qui va avec.

    On arrive donc dans la nuit à destination hélas pour nous la estacion ferroviaria est excentrée par rapport à la petite ville de 3700 hab. Il faut 45 min à pied mais en pleine nuit sans éclairage c'est perdu d'avance alors on prend un taxi. Le taxi nous prend le double du convenable et nous pose devant un hôtel qui nous prend le double du convenable.

    Le lendemain matin un coup d’œil à l’extérieur nous montre l’étendue de l'arnaque ,on est dans lotissement de travailleur à 15min du centre ville . Le centre ville s’avérera assez glauque sans l'animation et la bonne humeur du Brésil que l'on connaît. Un taxi nous emmène à l'auberge de la borboleta qui est à faire selon une info qu'on avait. On arrive mais le lieu est désert sans vie mais le gérant affirme que c'est complet.

    Décision repartir sur Santana car le lieux est vraiment louche. Il y avait pourtant à voir  le lac bleu une ancienne carrière de minerai abandonnée et la nature qui est vraiment belle ici. Selon certaines rumeurs ce lac serait pollué un véritable scandale écologique, même des journalistes auraient eu du mal à enquêter. C'est peut être la raison d'un si mauvaise accueil. Ce n'est pas grave le but était surtout de prendre ce train.

    Après 5 heures à attendre le bus nous voilà en route vers Santana . le trajet durera 4 heures crevaison comprise.

    On est content de retrouver notre hôtel habituel de Santana. Demain 10h00 départ pour Bélèm.

    la gare de départ

    les gares desservies

    la locomotive

     les waggons

    l'intérieur , au premier plan le vendeur de friandise

    en chemin

     on repart en bus

    100 mètres plus loin la crevaison

    au retour ça secoue aussi

     


    votre commentaire
  •  

     

     POUR AGRANDIR CLIC  GAUCHE , CLIC DROIT ET AFFICHER L'IMAGE

    POUR AGRANDIR CLIC   GAUCHE , CLIC DROIT ET AFFICHER L'IMAGE

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    BELEM 1 semaine

     

    La voyage en bateau entre Santana et Bélem fut un véritable cauchemar. On a embarqué à 10h00 dimanche 02/11 qui est férie ici pour une traversée de 25h. Le bateau prévu était indisponible alors on s'est installé dans un vieux rafiots . Le bateau était en mauvaise état mais pas les haut parleurs qui ont craché du bruit toute la journée et toute la nuit . La musique s'est arrêtée vers 4h00 quand la poignée de clients complètement imbibés s'est couchée ( tout prés de nous ). Ce manège ne semblait pas déranger le commandant qui passait régulièrement sur le pont pour voir si la buvette avait du succès.

    Le lendemain avec près de 5 heures de retard on arrive enfin à Bélem.

    De loin on voit des gratte ciels qui se détachent à l'horizon. C'est la première grosse ville que l'on voit depuis longtemps ça fait bizarre.

    Enfin on débarque , mais pas à l'endroit prévu pour les gros bateaux , c'est dans un petit port éloigné du centre ville que l'on arrive. Bref, après avoir retracé l’itinéraire avec un plan on se met en marche vers l’hôtel Amazonia ( le moins cher du centre ville).

    Belem est une grande ville 1 400 000 hab et durant notre séjours on ne sera resté que près du centre et fait quelques visites. Il aurait fallu plus qu'une semaine pour en faire le tour.

    La ville est réputée très violente par les média et des personnes rencontrées dans le bateau , alors on décide de ne pas s'aventurer la nuit dans les rues et marcher séparés.

    Durant le séjour dans cette ville on ne s'est pas senti en insécurité, même moins que chez nous . En revanche les habitants des quartiers pauvres sont menacés par les criminelles locaux , les enquêtes n'aboutissent pas, car les témoins se font discrets . C'est en tous cas ce que relate la presse écrite de Bélem. La semaine de notre arrivée il y a eu plusieurs homicides et même une vague de panique provoquée par les réseaux sociaux.On a eu par contre un grand sentiment de gêne par rapport à tous les SDF croisés dans la rue .

    Cela ne nous a pas empêché pas de visiter la ville, entre autre le marché de Ver O Peso qui vaut le détour pour faire le plein de fruits , manger des spécialités amazoniennes et boire des jus de toutes sortes.

    Le jardin botanique Rodrigo Alves est lui un havre de paix en plein milieu de la ville, un morceau de forêt très bien mis en valeur et aménagé pour les visites.

    On au aussi visité le zoobotanico avec une superbe exposition sur la tribu des indiens Ka Apor . Les animaux exposés en cage nous ont un peu attristé , surtout de voir des jaguars tournés en rond dans une cage en fer alors qu'à quelques kilomètres c'est la jungle. On se demande quel est l’intérêt d’emprisonner ces bêtes pour les rendre dingues.

    Avant de repartir on est allé passer le dimanche sur une des 55 îles ou îlots qui sont en face de la ville. On avait besoin d'un peu de fraîcheur. Sur Cotijuba il n'y a pas de voiture , que des motos des tracteurs et des ânes , mais ça suffit pour se déplacer.

    La plage faisait plus penser à une plage de l'Atlantique qu'a une plage fluviale , les vagues étaient énormes. C'est du à la proximité de l’océan qui se trouve seulement à un centaine de kilomètres , ici l'Amazone fait environ 40 km d'un coté à l'autre. En tous cas la baignade était bonne avec une eau chaude comme jamais et une ambiance reggae que l'on retrouvera à Sao Luis , lors de la prochaine étape.

    Le lendemain à 19h00 on a pris un bus de nuit pour aller à Sao luis.

     

    Bélém vue du fleuve

     

    terminus dans le port minus

     dans le vieux Bélém

    un batiment public du centre historique

    le marché de Ver o Peso ( voir le poids)

    les noix du Brésil

    une marchande d'herbes de toutes sortes pour cuisiner

    il est caïman gros celui là

    son compagnon de cellule qui a pris perpet

    croisé dans un parc

    taxis dans les rue de Cotijuba

    Cotijuba beach

    gare routière départ pour Sao Luis

     


    votre commentaire
  • Ingrédients pour 4 personnes:

    Crêpes deTapioca cuites

    Goma :
    400g de fécule de tapioca
    400ml d’eau

    Pour garnir les « tapiocas » :
    bananes, lait concentré sucré, noix de coco, dulce de leche…

    Mettez la fécule de tapioca dans un grand bol et ajoutez l’eau. Mélangez et laissez sédimenter une nuit sans y toucher. Le lendemain, l’eau est en surface et la fécule s’est agglomérée au fond.
    Videz l’eau.
    Posez du papier absorbant sur la fécule pendant 20 minutes pour absorber l’eau excédentaire.
    Le processus est terminé quand la surface est mate et non plus brillante.

    Cassez la goma à la fourchette
    Placez-les dans un tamis pour obtenir une de poudre fine. La goma en poudre est prête

    Pour préparer la tapioca, faire chauffer une poêle antiadhésive sur feu modéré.
    Ajoutez une couche d’un demi centimètre de goma et laissez cuire,elles doivent rester blanches
    Enlevez du feu et ajoutez les ingrédients de votre choix. Le plat est terminé.


    votre commentaire