• Serra do Navio

     

    SERRA DE NAVIO

     

    31/10/14

     

    Le bateau arrive le jeudi à Santana à minuit , petit problème c'est une ville pas très sûre la nuit . On connaît un hôtel pas très loin mais s'il est complet on est mal. L’équipage nous autorise à rester avec quelques autres passagers à l’intérieur jusqu'au matin . Alors on réinstalle les hamacs et on dort pendant que l’équipage décharge le fret.

    Au petit matin on prend le café da manha sur le port puis direction le l’hôtel Rio Verde pour un squatte bien mérité.

    Dans la journée on part à la recherche de la gare ferroviaire. On la trouve assez facilement ,elle se situe à environ 30 minutes de l’hôtel. D'après un panneau sur le quai le train part le lendemain à 10h00.

    Ce train emmenait les travailleurs à Serra de Navio ou des entreprises étrangères exploitaient du minerai . La ville de Serra de Navio s'est développée autour de cette activité. La grosse partie de l'exploitation a été arrêtée mais le train est encore utilisé pour surtout transporter des marchandises et aussi des passagers. En effet le tarif pour un aller est de 1.80 euros pour faire 193km ce qui est plus qu’intéressant pour les bas revenu d'ici. Nous on fait ça en touriste dans un des dernier train de voyageur en activité au Brésil.

    Vendredi 10h00 le train démarre très lentement on quitte Santana en passant tout près d'habitations très précaires en bois au milieu de zones inondables. On voit aussi des potagers magnifiques cultivés en hauteur.

    A mesure qu'on avance le train balance de plus en plus de coté malgré une vitesse d'environ 20kms heure. Nous apprendrons plus tard que la voie n'est plus vraiment entretenue régulièrement et que pour pouvoir négocier au mieux les virages la vitesse a été ralentie au maximum. Pour faire ce trajet il fallait il y a quelques années 4 heures, contre une dizaine aujourd'hui. On l'ignorait et le voyage fut plus que long en pleine chaleur au ralenti et avec un tangage rappelant notre Homère au beau milieu de l'atlantique.

    9h30 de rail ont été nécessaire pour arriver à Serra de Navio. Durant le trajet nous avons traversé la forêt , passé des ponts , vu de magnifiques lacs et rivières et grimpé de petit relief. Le train s'est aussi arrêté dans de petites gares improbables au milieu de nulle part. Mais ce qui est aussi visible comme partout ailleurs c'est l’omniprésence du plastique , bouteilles, sacs etc.. et les traces de la déforestation.

    Ici et là des monticules d'arbres et arbustes bien alignés à perte de vue qui attendent le feux pour disparaître. Ces arbres on été abattus puis avec le reste de la végétation on été déblayés à l'aide de bulldozers. Ces rangées de bois seront brûlées après séchage. Déforester un bout de foret prend du temps et c'est très méthodique. Avec la végétation disparaît toujours la faune qui va avec.

    On arrive donc dans la nuit à destination hélas pour nous la estacion ferroviaria est excentrée par rapport à la petite ville de 3700 hab. Il faut 45 min à pied mais en pleine nuit sans éclairage c'est perdu d'avance alors on prend un taxi. Le taxi nous prend le double du convenable et nous pose devant un hôtel qui nous prend le double du convenable.

    Le lendemain matin un coup d’œil à l’extérieur nous montre l’étendue de l'arnaque ,on est dans lotissement de travailleur à 15min du centre ville . Le centre ville s’avérera assez glauque sans l'animation et la bonne humeur du Brésil que l'on connaît. Un taxi nous emmène à l'auberge de la borboleta qui est à faire selon une info qu'on avait. On arrive mais le lieu est désert sans vie mais le gérant affirme que c'est complet.

    Décision repartir sur Santana car le lieux est vraiment louche. Il y avait pourtant à voir  le lac bleu une ancienne carrière de minerai abandonnée et la nature qui est vraiment belle ici. Selon certaines rumeurs ce lac serait pollué un véritable scandale écologique, même des journalistes auraient eu du mal à enquêter. C'est peut être la raison d'un si mauvaise accueil. Ce n'est pas grave le but était surtout de prendre ce train.

    Après 5 heures à attendre le bus nous voilà en route vers Santana . le trajet durera 4 heures crevaison comprise.

    On est content de retrouver notre hôtel habituel de Santana. Demain 10h00 départ pour Bélèm.

    la gare de départ

    les gares desservies

    la locomotive

     les waggons

    l'intérieur , au premier plan le vendeur de friandise

    en chemin

     on repart en bus

    100 mètres plus loin la crevaison

    au retour ça secoue aussi

     


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :