• sur l'Amazone entre Santana et Santarem

     

    En attendant le départ on peut voir le petit port de Santana en pleine effervescence car d'autres bateaux sont arrivés en escale pour décharger et recharger du fret. Ces bateaux transportent des passagers, mais sont aussi les ravitailleurs de tous les petits villages et les maisons isolées qui dépendent du fleuve. La quantité de marchandises manutentionnée est très importante et variée cela va du matériel de construction aux fruits en passant par des bagages, des motos ...

    C'est parti pour 36h00 de navigation sur l'Amazone. Nous avons trois escales : Almerim, Prainha et Porto Alegre, mais en réalité on fera une dizaine d’arrêts rapides dans de petites localités ou en plein milieu du fleuve. Dans ce cas c'est un petit bateau qui se colle à nous pour transférer de la marchandise ou des passagers.

    Les repas sont compris dans le prix du billet, alors on descend manger sur le pont inférieur. Il n'y a que 8 places autour de l'unique table alors on patiente avant d'avaler rapidement le plat du jour . Ce soir c’est une soupe , les deux prochains ce sera du poulet avec riz, fayot, et manioc en poudre.La cuisine dans le nord du Brésil n'est pas très variée , mais est servie en bonne quantité. Pour la toilette c'est pareil faut attendre son tour

    Nous naviguons très prés de la forêt pour éviter au maximum le courant, car nous remontons le fleuve . Mais assez loin pour ne pas toucher les bancs de sable C'est une chance pour nous car la vitesse est ralentie et la proximité des berges permet de vraiment se rendre compte de la densité et la luxuriance de la végétation. Par endroit la forêt est déboisée, l'espace gagné est cultivé, d’après ce qu'on a lu c'est pour le soja. Tout le long du fleuve des gens se sont installés, ils vivent dans des maisons sur pilotis , toutes possèdent un petit embarcadère. Le soir venu on peut admirer le soleil se coucher à travers les arbres .

    La nuit se passe bien on a pris nos repères et la baisse de la température permet de bien dormir. Au petit matin une fraîcheur humide se fait sentir ,on avait perdu l'habitude, alors on attend avec impatience que le soleil se lève.

    Pendant le voyage on passera des paysages de forêt puis des petites montagnes puis des plaines à mesure que l'on s'approche de la ville d'arrivée.

    A 9h00 soit 39 heures après le départ , Santarem est en vue .Surprise on assiste à la fameuse rencontre entre les eaux brunes du rio Tapajos et les eaux marrons de l'Amazone. Celles ci ne se mélangent pas et la séparation est très marquée. Le phénomène est encore plus spectaculaire à Manaus où les eaux qui se jettent dans le fleuves sont beaucoup plus sombres.

    On ne le verra pas car nous avons finalement décidé d’éviter cette grande ville qui est actuellement dans la fournaise.

    Du bateau on commence à repérer les hôtels grâce à leurs noms hauts perchés sur les bâtiments  ( c'est très pratique). L’embarcadère étant saturé on va devoir s'amarrer à un autre bateau pour descendre à quai.

    les hamacs sont installés mais seront ajustés pendant tout le trajet

     

     

    chargement du fret à Santana

    Apéro avant le diner

     

    la forêt impénétrable

    une escale

     

    transport scolaire

    habitation isolée sur le fleuve

    c'est complet il faut attendre

    débarquement à Santarem


    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :